Publications

  • Agrandir le texte
  • Rapetisser le texte
  • Imprimer
Normandin Beaudry

La situation financière difficile des régimes de retraite

LinkedIn

noir sur blanc

Communiqué NB Vol. 5 N. 8, juillet 2008

Ce n´est plus un secret pour personne¸ les derniers trimestres ont été particulièrement difficiles au point de vue des rendements des caisses de retraite. Alors que 2002 s´annonçait comme une année un peu plus positive suite aux bons rendements des premiers mois de l´année¸ des scandales financiers tels Enron¸ Tyco¸ WorldCom et Xerox ont ébranlé les différents marchés boursiers de la planète. À titre d´exemple¸ la valeur de l´indice S&P 500 est pratiquement revenu à son niveau plancher du 21 septembre 2001.

Les rendements des principaux indices de marchés (depuis 2000) sont présentés au tableau suivant :


 

Catégorie à court termeIndice de référence20002001Au 30 juin 2002

Titres à court terme Bons du Trésor 91 jours 5,5 % 4,7 % 1,0 %
Obligations canadiennes Indice MCS-Univers 10,2 % 8,1 % 2,0 %
Actions canadiennes Indice composé S&P/TSX(1) 19,0 % -8,4 % -6,3 %
Actions américaines Indice S&P 500 (en $ can) -5,5 % -6,5 % -17,2 %
Actions internationales Indice EAEO (en $ can) -10,6 % -16,4 % -6,0 %
Caisse de retraite équilibrée(2)   8,0 % -1,9 % -3,9 %

(1) Indice TSE 300 plafonné avant le 22 mars 2002.

(2) Caisse moyenne ayant comme portefeuille de référence : 5 % en titres à court terme¸ 40 % en obligations canadiennes¸ 30 % en actions canadiennes¸ 12¸5 % en actions américaines et 12¸5 % en actions internationales. 

Quelques constats généraux

L´année 2002 s´annonce comme une deuxième année difficile de suite pour les caisses de retraite. Plus spécifiquement¸ les marchés américain et international sont en voie de connaître une troisième année difficile consécutive.

Au cours des dix derniers trimestres¸ le rendement combiné des différents indices de marché pour une caisse de retraite équilibrée a été de 0¸7 % sur une base annualisée¸ soit nettement en deçà du rendement prévu par les évaluations actuarielles. Par ailleurs¸ la valeur actuarielle de l´actif (qui répartit les gains et les pertes de rendement sur quelques années et qui est utilisée pour l´évaluation sur base de provisionnement) pourrait être supérieure à la valeur marchande de l´actif (qui est utilisée pour l´évaluation sur base de solvabilité). Dépendamment de la date de la prochaine évaluation actuarielle (requise au minimum à tous les trois ans)¸ la situation financière de certains régimes de retraite pourrait alors causer des surprises fort désagréables à certains comités de retraite.

Pour les caisses de retraite où le passif des participants retraités constitue une proportion importante du passif actuariel¸ une stratégie d´appariement du passif et de l´actif pour ce groupe de participants minimise les risques de fluctuation de la situation financière. Les caisses de retraite où une telle pratique était en place au cours des dernières années ont généralement réussi à réduire les dégâts¸ sans toutefois les éliminer entièrement.

Questionnement concernant les hypothèses en vigueur et les politiques de placement

Étant donné le niveau de la prime de risque associée aux actions et le niveau actuel de rendement attendu des obligations¸ il y a peut-être lieu de se questionner sur les hypothèses de rendement à long terme utilisées pour les fins d´évaluations actuarielles de provisionnement (et ainsi se questionner sur les autres hypothèses connexes¸ comme le taux d´inflation). Bien que les hypothèses sur base de provisionnement doivent refléter la situation financière attendue à long terme¸ les développements récents des marchés financiers forcent les comités de retraite et leurs actuaires à se questionner sur les hypothèses à utiliser à court terme et sur la politique de placement en vigueur.

Charge comptable

Finalement¸ la gestion de la charge comptable¸ importante pour certaines organisations¸ doit être prise en considération¸ particulièrement si des gains d´expérience sont présentement amortis. Dépendamment de la méthode choisie relativement à l´utilisation du « corridor de 10 % »¸ la charge comptable pourrait augmenter significativement à cause de l´amortissement de gains plus faibles que par le passé¸ ou même de l´amortissement de pertes¸ et ce en plus de revenus d´investissements attendus moins importants à cause du faible niveau des taux d´intérêt. L´état des revenus et dépenses pourrait ainsi être affecté de façon importante. Même si l´organisation qui parraine le régime n´est pas soumise à ces règles comptables¸ les caisses de retraite peuvent investir dans les actions de compagnies qui sont soumises à ces règles comptables.

 

Pour obtenir plus de renseignements à ce sujet, communiquez avec les conseillers de Normandin Beaudry.

514.285.1122
 
630, boul. René-Lévesque Ouest, 30e étage
Montréal (Québec) H3B 1S6