Prévisions d’augmentations salariales 2025 : une légère diminution des budgets

Voir+

Les prévisions d’augmentations salariales 2025 sont maintenant disponible : lire la suite

mars 2023

Augmentations salariales, inflation et pénurie de main-d’œuvre

Au cours des derniers mois, les organisations ont connu une forte pression relativement aux augmentations salariales de leurs employés. Dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre déjà complexe, un autre phénomène économique très médiatisé a influé sur les décisions liées aux augmentations salariales : l’inflation.

Notre plus récente enquête sur les augmentations salariales révèle que près de la moitié des organisations ont révisé leurs budgets d’augmentations salariales pour 2023 depuis l’été dernier. Les budgets prévus pour cette année atteignent 4,2 % au Canada, en excluant les gels. Il s’agit d’un nouveau record, le dernier sommet datait d’avant la crise financière de 2009. Ces résultats témoignent du fait que les organisations continuent de s’adapter à un contexte économique particulier, marqué par un marché de l’emploi favorable aux employés.

Les augmentations salariales représentent un accroissement permanent des coûts fixes, tandis que l’inflation des derniers mois connaitra un ralentissement. Dans ce contexte, les organisations tentent de trouver un juste équilibre pour maintenir une offre compétitive et préserver leur pérennité financière. Elles résistent à la mise en place d’augmentations salariales élevées, qui auraient des effets à long terme, pour pallier un contexte inflationniste qui pourrait se stabiliser assez rapidement.

La mesure de changement de l’Indice des prix à la consommation (IPC) est généralement considérée dans l’établissement des budgets d’augmentations salariales. Afin d’établir une projection au 30 avril 2023, il ne serait pas représentatif de se fier à l’augmentation sur un an de l’IPC de 6,3 % au 31 décembre 2022. En effet, cette inflation moyenne au cours de l’année 2022 découle d’une inflation extrême en début d’année (12,6 % annualisée de janvier à avril) suivie d’une inflation modeste en fin d’année (3,3 % annualisée de mai à décembre). Ainsi, si l’inflation au cours des quatre premiers mois de 2023 se poursuit au même rythme que celle des huit derniers mois de 2022, la projection sur un an au 30 avril 2023 sera de 3,3 %, ce qui est nettement inférieur à 6,3 %.

Bien qu’il existe une incertitude sur le plan économique en ce qui concerne les prochains mois et que le passé n’est pas garant du futur, force est de constater qu’un ralentissement important de l’inflation a été observé dans les huit derniers mois. Au cours de cette période de l’année où une majorité d’organisations procèdent au cycle de révisions salariales annuelles, elles doivent en tenir compte dans leur prise de décision.

Pour faire face à la pénurie de main-d’œuvre qui risque de perdurer en raison notamment de la réalité démographique, d’autres mesures de rémunération globale qui n’entrainent pas d’augmentation des coûts fixes devront être explorées. Devant ce casse-tête, les organisations auront avantage à faire preuve de créativité en choisissant le bon équilibre entre composantes monétaires et non monétaires pour se distinguer.

nous joindre

Vous souhaitez avoir plus d’information sur le sujet? Communiquez avec votre conseiller Normandin Beaudry ou écrivez-nous.

Nos coordonnées

general@normandin-beaudry.ca

Montréal

630, boul. René-Lévesque O., 30e étage
Montréal, QC H3B 1S6

514-285-1122

Toronto

155, avenue University, bureau 1805
Toronto, ON M5H 3B7

416-285-0251

Québec

1751, rue du Marais, bureau 300
Québec, QC G1M 0A2

418-634-1122