Publications

  • Agrandir le texte
  • Rapetisser le texte
  • Imprimer
Normandin Beaudry

L'enquête québécoise sur les augmentations salariales

LinkedIn

noir sur blanc

Communiqué NB Vol. 18 N. 12, septembre 2015

 


Faits saillants 2015-2016
 

L’enquête annuelle   de Normandin Beaudry sur les prévisions salariales révèle un budget global d’augmentations salariales estimé à 2,7 % pour l’année 2016. L’augmentation des structures salariales, quant à elle, est estimée en moyenne à 1,8 %.

Les perspectives incertaines pour 2016 et le contexte de contraction économique incitent les organisations à la prudence. Le budget de 2,7 % accordé pour 2015 représente une baisse par rapport au budget de 2,9 % prévu l’an dernier à pareille date.
 

Les petites organisations plus généreuses

Cette année encore, les petites organisations se démarquent du reste du marché en prévoyant des budgets d’augmentations salariales supérieurs à la moyenne provinciale (en moyenne entre 2,8 % et 3,1 %).

On remarque que ce sont les grandes organisations qui sont les plus prudentes avec des prévisions inférieures à la moyenne québécoise (2,6 %). Peu importe la taille des organisations, les prévisions pour 2016 sont alignées avec les augmentations accordées en 2015. En plus d’être les plus prudentes pour 2016, les grandes organisations ont finalement accordé en 2015 des augmentations salariales inférieures à ce qu’elles prévoyaient à pareille date l’an dernier.

Baisse des budgets pour la Capitale-Nationale

Pour la première fois depuis cinq ans, les organisations de la Capitale-Nationale prévoient des augmentations salariales inférieures aux organisations de Montréal. Cette différence est plus marquée pour le personnel technique, administratif et d’opérations.

  • Capitale-Nationale (prévu 2016 : 2,4 % et accordé 2015 : 2,8 %);
  • Montréal (prévu 2016 : 2,7 % et accordé 2015 : 2,7 %).

Différences entre les secteurs d’activité

Certains secteurs d’activité se démarquent en proposant des budgets d’augmentations salariales supérieurs à la moyenne provinciale, notamment les secteurs de la fabrication de biens durables (3,0 %), des hautes technologies (3,3 %), des services professionnels, scientifiques et techniques (2,9 %), l’industrie de l’information, culture et loisirs (3,1 %) et le secteur municipal (2,9 %).

À l’inverse, certains secteurs sont significativement inférieurs à la moyenne provinciale. C’est le cas des secteurs du transport et de l’entreposage (1,5 %) et de l’enseignement (1,4 %). À noter que le secteur de l’enseignement était le plus généreux l’an dernier avec des prévisions de l’ordre de 4,2 % pour 2015. Toutefois, ce sont finalement des budgets moyens de 2,0 % qui ont été accordés en 2015 dans ce secteur.

Contrairement aux deux dernières années, les organisations à propriété privée disposent d’un budget d’augmentations salariales supérieur (2,7 %) aux secteurs public et parapublic (2,3 %).

Les organisations québécoises avec des activités pancanadiennes sous la moyenne au Québec

Les organisations québécoises avec des activités pancanadiennes (n=45) prévoient accorder en moyennes des pourcentages d’augmentation inférieurs au Québec (2,6 %). Ces organisations ont, pour la plupart, des budgets stables à travers les provinces. Il n’est donc pas étonnant que les pourcentages soient similaires d’une province à l’autre, puisque les politiques salariales sont généralement uniformes dans les organisations, peu importe la province d’emploi. Voici quelques observations tirées de l’échantillon :

  • 68 % des organisations ont accordé des budgets d’augmentations salariales équivalents à travers les provinces en 2015.
  • 90 % des organisations ont accordé le même pourcentage d’augmentation de la structure salariale en 2015 et 98 % prévoient faire de même en 2016.

Régimes de retraite et augmentation salariale, une combinaison gagnante!

L’analyse des régimes de retraite des organisations ayant participé à l’enquête démontre que malgré d’excellents taux de participation des employés (taux de participation supérieur à 90 % pour plus de la moitié des organisations), le niveau de cotisations varie grandement d’une organisation à l’autre. Pour plus de 60 % des organisations sondées, le niveau moyen de cotisations est inférieur à 10 % du salaire, ce qui pourrait s’avérer insuffisant pour procurer le revenu de retraite visé par une majorité d’employés. Face à ces défis visant à augmenter les taux de participation et de cotisation, de plus en plus d’organisations utilisent la période des augmentations salariales pour encourager une épargne additionnelle chez les employés. Profiter de la prochaine augmentation salariale pour encourager l’épargne, pourquoi pas?

À propos de l’enquête

La 5édition de l’enquête québécoise sur les augmentations salariales a été menée au cours de l’été 2015. Ce sont 160 organisations, dont 45 ayant des activités pancanadiennes, représentant plus de 440 000 employés qui ont participé, permettant d’établir une base de données fiable et riche en information. Les données recueillies ont été analysées par les experts en rémunération de Normandin Beaudry. Ceux-ci en dégagent les tendances du marché du travail et présentent les prévisions salariales pour 2016 selon les réalités économiques particulières du Québec.

Pour plus de détails à propos de l'enquête, communiquez avec :
 

Anna Potvin, M.Sc.    
Conseillère, Rémunération
apotvin@normandin-beaudry.ca
514 285-1122 #624
Philip Longpré, B. Sc. Act., CEBS, CRHA
Conseiller principal, Rémunération
plongpre@normandin-beaudry.ca
514 285-1122 #240

   


 

 

Pour obtenir plus de renseignements à ce sujet, communiquez avec les conseillers de Normandin Beaudry.

514.285.1122
 
630, boul. René-Lévesque Ouest, 30e étage
Montréal (Québec) H3B 1S6