Publications

  • Agrandir le texte
  • Rapetisser le texte
  • Imprimer
Normandin Beaudry

La gestion de risques pour les comités de retraite

LinkedIn

noir sur blanc

Communiqué NB Vol. 12 N. 2, janvier 2009

Tous les comités de retraite au Québec doivent se doter d'un document traitant de la gestion de risques. Ce sujet étant couvert dans le règlement intérieur, il n'est généralement pas personnalisé. Une analyse des risques pourrait ainsi vous éviter bien des problèmes.

Savez-vous gérer les risques qui vous entourent? Voici comment.

Depuis le 13 décembre 2007, tous les comités de régimes de retraite assujettis à la Loi sur les régimes complémentaires de retraite doivent se doter d'un règlement intérieur qui inclut une section sur la gestion des risques. Mais que signifie concrètement la gestion de risques et quelles en sont les implications? Qui est à risque?

Tout d'abord, l'objectif n'est pas d'éliminer tous les risques, mais bien de les identifier et les mesurer afin de réduire leur impact potentiel.

Pour y arriver, le meilleur outil est une analyse traitant des différents aspects de la gestion des risques. Plusieurs ouvrages et méthodes existent sur ce sujet. Cependant, tous les régimes de retraite ne sont pas exposés aux mêmes risques, d'autant plus qu'ils ne les assument pas au même moment. Par conséquent, rien n'égale l'analyse personnalisée.

Dans le contexte de la crise économique actuelle, il est plus facile de comprendre ce qu'est un risque, mais surtout, de constater quels impacts il peut avoir.

Les risques

Le régime de retraite ainsi que son comité font face à différents risques pouvant être classés selon les catégories suivantes :

  • risques opérationnels : ceux qu'il faut contrôler au jour le jour (p. ex. : les risques liés à l'administration des prestations et aux diverses communications);
  • risques stratégiques : ceux qui ont un impact sur les performances à long terme du régime (p. ex. : les risques liés aux décisions du promoteur);
  • risques financiers : ceux liés au financement du régime (p. ex. : les risques liés aux placements);
  • risques catastrophiques : ceux qui découlent d'éléments externes et qui ont habituellement des conséquences considérables (p. ex. : les risques fiduciaires auxquels font face les comités de retraite)

L'analyse personnalisée

Nous avons développé une analyse sur la gestion de risques en 4 étapes qui résulte en un rapport personnalisé.

Dans cette analyse, la première étape consiste à identifier les risques. À l'aide de l'information pertinente sur le régime et sur la base de discussions avec les intervenants du régime, une liste de risques potentiels est identifiée et ces risques doivent être ensuite quantifiés.

La deuxième étape de l'analyse met l'accent sur les risques les plus importants et les plus influents. Il est essentiel de cerner les situations les plus problématiques et de concentrer les efforts afin de réduire leurs occurrences ainsi que de diminuer leurs impacts. Un graphique représentant la probabilité d'occurrence et l'impact sur la santé financière ou la situation du régime permet de positionner et d'illustrer l'ensemble des risques identifiés. Le graphique permet donc de visualiser en un seul coup d'oeil les risques auxquels le régime est exposé. De plus, une notion d'évolution dans le temps peut être ajoutée en attribuant une cote de variabilité à chaque risque.

Dans l'exemple illustré ci-après, la zone la plus indésirable serait celle qui a une probabilité d'occurrence élevée et une conséquence élevée

Exemple de graphique : 

La troisième étape consiste à déterminer le niveau acceptable de risque. Selon la menace qu'il représente, chaque risque peut être « toléré » à différents niveaux. Il s'agit donc ici de prendre position vis-à-vis chacun des risques et d'évaluer en collaboration avec les intervenants désignés par le comité, les risques à contrôler et la fréquence de contrôle.

La dernière étape vise la détermination des mesures de contrôle et de suivi. Cette étape est cruciale puisque c'est à partir de ces conclusions que le comité prendra action. Les bonnes mesures doivent être établies pour chaque risque.

Votre comité de retraite peut être très sensible à l'égard de certains risques. C'est pourquoi, il est recommandé d'évaluer votre situation et d'exécuter une analyse personnalisée lorsque nécessaire. Ainsi, les solutions reflèteront les bonnes pratiques à adopter et par conséquent votre comité de retraite sera moins à la merci des risques qu'il supporte. 

La gestion de risques, c'est du sérieux

L'exposition au risque est tolérable...Ne pas savoir que l'on est exposé peut être regrettable.

 

 

Pour obtenir plus de renseignements à ce sujet, communiquez avec les conseillers de Normandin Beaudry.

514.285.1122
 
630, boul. René-Lévesque Ouest, 30e étage
Montréal (Québec) H3B 1S6