Publications

  • Agrandir le texte
  • Rapetisser le texte
  • Imprimer
Normandin Beaudry

Combien vos employés doivent épargner pour leur retraite : règles de pouce

LinkedIn

noir sur blanc

Communiqué NB Vol. 12 N.9, juillet 2009

Avec la crise des marchés financiers, plusieurs employés ont remis en question certains concepts ou stratégies à la base de l'épargne retraite. Est-ce que l'investissement en actions procurera un meilleur rendement à long terme que celui en obligations? À cela s'ajoute le fait que, au-delà des cotisations versées à votre régime de capitalisation (RC), qu'il s'agisse d'un régime de pension agréé de type cotisations déterminées (CD), d'un régime enregistré d'épargne retraite (REER) collectif ou d'un régime de participation différée aux bénéfices (RPDB), vos employés trouvent généralement difficile de déterminer combien ils devraient épargner en vue de la retraite.

Durant de telles périodes mouvementées, il faut éviter de jeter le bébé avec l'eau du bain. Si vous offrez à vos employés un RC et que vous désirez répondre à certaines de leurs interrogations, voici quelques règles de pouce qui simplifieront leur planification en vue de la retraite.

Pour planifier sa retraite, il faut d'abord se rappeler l'ordre d'importance des décisions de placement : 1) combien épargner, 2) dans quelles catégories d'actifs investir (incluant la répartition entre elles), et 3) quels fonds/gestionnaires utiliser. Vous noterez que la sélection des fonds/gestionnaires est la dernière décision en importance alors que les médias et conseillers spécialisés dans le placement accordent une place très importante à cet élément. Pourtant, plusieurs études ont démontré que les canadiens n'épargnent pas suffisamment en vue de la retraite et qu'environ 85 % du rendement obtenu sur les épargnes effectuées en vue de la retraite est explicable par la répartition entre les catégories d'actifs alors que la balance (15 %) l'est par le choix des fonds/gestionnaires.

Combien épargner?

Pour déterminer combien épargner, l'idéal pour un employé est de planifier ses activités à la retraite, d'estimer les revenus qui seront nécessaires pour les réaliser pour ensuite prévoir un niveau d'épargne retraite cohérent avec l'atteinte de cet objectif. Pour les aider dans leur réflexion, suggérez à vos employés de communiquer avec le centre d'appel de l'administrateur de votre RC qui offre divers outils utiles à cet exercice. Ils pourraient également consulter le planificateur financier de leur choix. Toutefois, s'ils n'en connaissent pas, vous pourriez leur proposer les règles de pouce suivantes :  

  • niveau estimatif d'épargne retraite annuel : 10 % du salaire
  • actifs d'épargne retraite accumulés en fonction du salaire courant : (âge divisé par 6) moins 6

 Le niveau d'épargne retraite dépendra de plusieurs hypothèses. Les principales hypothèses de ces règles de pouce sont :  

  • revenu annuel à la retraite équivalent à 70 % du salaire avant la retraite (incluant les régimes d'État)
  • début de l'épargne à 27 ans
  • retraite à l'âge de 65 ans
  • rendement supérieur à l'inflation de 3,5 % par année
  • couverture de la moitié de l'inflation durant la retraite

Il faut également mentionner que le niveau d'épargne retraite inclut les montants versés à tout autre REER ou à un compte de retraite immobilisé (CRI), ainsi que la valeur de toute rente qui serait versée d'un régime de pension agréé de type prestations déterminées (PD) auquel ils ont participé antérieurement ou payable directement d'une compagnie d'assurance-vie.

La deuxième règle de pouce se comprend mieux par un exemple. Si votre employé gagne présentement un salaire de 50 000 $ et qu'il a atteint l'âge de 48 ans, il devrait avoir accumulé 2 fois (48 divisé par 6 moins 6) son salaire (ou 100 000 $) dans l'ensemble des véhicules d'épargne retraite. Ces actifs accumulés jusqu'à maintenant, ajoutés aux cotisations futures, aux rendements sur ces sommes et aux régimes d'État (Régime de rentes du Québec et Prestation de la Sécurité de la vieillesse), devraient être suffisants pour procurer un revenu annuel de retraite équivalent à 70 % du salaire au moment de la retraite. Cependant, cette règle de pouce constitue plutôt un minimum. Entre autres, des augmentations de salaire importantes nécessiteraient, en vertu de cette règle de pouce, une hausse appréciable des cotisations futures. De plus, si votre employé considère prendre sa retraite plus tôt qu'à 65 ans ou si ses rendements s'avéraient inférieurs à ceux prévus, des sommes additionnelles devraient être épargnées.

Dans quelle catégorie d'actifs investir?

Afin de répondre à la deuxième question, il est nécessaire pour un employé de déterminer son profil d'investisseur. L'administrateur de votre RC, ainsi que plusieurs conseillers et institutions financières ont recours à différents outils pour déterminer ce profil. Toutefois, vous pourriez leur proposer les règles de pouce suivantes pour déterminer le pourcentage à investir en actions :  

  • profil audacieux : 120 moins âge
  • profil modéré : 100 moins âge
  • profil prudent : 80 moins âge

Ainsi, si un employé a un profil modéré et qu'il a atteint 48 ans, la règle de pouce suggère d'investir 52 % (100 moins 48) de l'épargne retraite en actions. Vous noterez que selon cette règle de pouce, le pourcentage diminuera au fur et à mesure que l'employé approchera de la retraite, ce qui diminuera le risque que ses épargnes fluctuent de façon importante durant la période précédent sa retraite, comme ce fût le cas pour plusieurs investisseurs en 2008. Il est important que vos employés s'assurent que le profil d'investisseur choisi ne soit pas influencé par leur âge, puisqu'un biais conservateur non nécessaire serait alors introduit. Lorsque vos employés s'approcheront de la retraite (par exemple au cours des trois dernières années), vous pourriez leur suggérer de réviser leur répartition d'actifs en fonction de leur stratégie de décaissement lors de la retraite.

Les fonds cycle de vie ou à date cible, introduits aux États-Unis au début des années 2000 et quelques années plus tard au Canada, ont remplacé graduellement les fonds équilibrés comme solution simplifiée d'épargne retraite. Ces solutions accompagnent maintenant mieux les épargnants jusqu'à la retraite et utilisent des répartitions d'actifs qui évoluent de la même façon que les règles du pouce énoncées précédemment.

Quels fonds/gestionnaires utiliser?

Afin de répondre à la troisième question, il n'existe pas pour l'instant de règles de pouce. Toutefois, afin de sélectionner les fonds/gestionnaires appropriés pour vos employés, retenez que ceux-ci n'investiront pas dans le passé, mais dans le futur. Ainsi, posez les bonnes questions pour évaluer les perspectives de rendement des fonds/gestionnaires considérés et ne vous fiez pas seulement aux rendements passés.

Finalement, bien qu'une règle de pouce soit utile à une planification de la retraite, elle ne constitue pas un conseil et ne remplace pas une planification adaptée à chaque employé.

 

Pour obtenir plus de renseignements à ce sujet, communiquez avec les conseillers de Normandin Beaudry.

514.285.1122
 
630, boul. René-Lévesque Ouest, 30e étage
Montréal (Québec) H3B 1S6